Projets fondateurs

  • Définition de nouveaux axiomes microéconomiques, venant compléter ceux de satisfaction, d’utilité, de maximisation et d’optimalité :
    • Axiome de boulimie économique
    • Axiome d’insatiété économique
    • Axiome du complexe économique d’Icare (collapsus, implosion ou explosion d’une structure économique par boulimie économique, insatiété économique)
  • Définition de nouvelles hypothèses, fonctions, symboles et écritures économétriques
  • Définition de nouvelles théories des jeux économiques (notamment évolutionnistes)
  • Définition de nouvelles hypothèses évolutionnaires, évolutionnistes et évolutionnelles en économie politique, en complément de la théorie de la « Capture du régulateur1 » (Fournier 2010 2 et 20113), par intégration des paramètres de boulimie, d’insatiété et d’ambition économique visant l’accroissement sans limite de la domination des autres, de la conquête de nouveaux territoires, de la gloire et de l’accumulation de richesses.

1Ce terme a été utilisé pour la première fois en 1971 par Georges Stigler, prix Nobel d’économie 1982. Il a été repris par Gérald Fournier en 2010 et 2011. Nous entendons ici le terme de « capture du régulateur » au sens où le pouvoir public est en risque de se faire capturer par une autre entité, publique ou privée, locale ou mondiale. Cette possibilité, à notre sens, est née de l’invention du droit de propriété et du principe démocratique. Le Roi, au départ, était investi à vie, dépassant même son espérance de vie (statut transmissible à sa descendance). Il était propriétaire des terres et de la fortune du royaume. Il avait la gloire et tout pouvoir de domination sur le peuple. Aujourd’hui, tel n’est plus le cas pour un élu démocratique où, par exemple, une entité privée (entreprise ou ménage) est en mesure de détenir une fortune supérieure à celle d’un Etat. D’où le risque nouveau et omniprésent de capture du régulateur.

2Fournier G., (2010). Évolution et civilisation : report des pressions sélectives, émancipation et ‘technosymbiose’ : de l’anthropologie de Charles Darwin à l’économie évolutionniste étendue, Thèse de doctorat en histoire, épistémologie et philosophie des sciences, des techniques et des technologies, université Lyon 1, 825 p.

3Fournier G., (2011). Évolution et civilisation. De l’anthropologie de Charles Darwin à l’Économie évolutionniste étendue, Lille, TheBookEdition, collection Développons, 09/2011, 815 p.